Être maman et entrepreneure

J’entends souvent les gens me dire « aah mais tu dois avoir le temps de faire telle chose » ou « ouai c’est bien que tu aies arrêté de travailler pour être à la maison avec ta fille ». Ce n’est pas vraiment le cas. Non, je n’ai pas plus de temps libre que lorsque je me levais pour aller à un travail (je souligne « aller à un travail »). Je crois même en avoir moins.  Les gens pensent aussi que je suis disponible, tout le temps…

 

Alors je me dis que vais rétablir un peu la vérité et par la même occasion vous donner une idée de mon organisation : avoir une entreprise et un enfant en bas âge. En plus je viens de lire la bio de Mathilde Lacombe, co-fondatrice de la birchbox française. Je la suis sur les réseaux sociaux et je suis fascinée par son style impec’ de chic à la parisienne… découvrir qu’elle avait 3 enfants à moins de 30 ans, qu’elle est canon et à la tête d'une entreprise qui fonctionne du tonnerre… non pas de quoi être jalouse ! Bref tout ça pour dire que nous nous rejoignons sur un point, l’organisation ! Nous nous rejoignons aussi sur le plat préféré : cordon bleu + pâtes qui fait partie de mon top 5 de plats que je peux manger ultra régulièrement et qu’en plus ma fille adore.

 

De toutes les discussions entre entrepreneurs que j’ai eues jusqu’à présent, la phrase la plus répétée est la suivante : « La fibre entrepreneuriale, on l’a ou on ne l’a pas ».

C’est complètement vrai. Il faut du courage pour se lancer à son compte, ne pas savoir de quoi demain sera fait ni savoir comment on va s’en sortir le mois prochain pour régler ses factures. Il en faut du courage pour se motiver seul(e), ne pas se décourager, persévérer, croire en son entreprise malgré les remarques acerbes (ou jalousées) de l’entourage. Oui, il en faut du courage… mais rien n’est plus gratifiant que de se dire j’ai osé ce que tout le monde ne fera pas.

 

Il a fallu du temps pour trouver une routine. Elle change et s’adapte au fil des mois avec l’évolution de ma fille mais une chose demeure, l’heure de mon coucher. Je sais que je dois faire un réel travail là-dessus car il est essentiel que je me repose surtout que j’attends un bébé mais la nuit me permet de faire plein de choses dans le calme et la concentration. Je vais probablement plus lentement qu’en pleine journée. Cette organisation sera différente l’année prochaine car j’aurai quelqu’un pour garder mes 2 enfants. Nous en rediscuterons au moment voulu.

 

Si je n’ai pas de rdv ou cliente à l’extérieur, voici comment se déroule une journée type.

 

Je m’endors en général vers 2h du matin. J’étais une grosse dormeuse… avant de devenir maman. Maintenant, une nuit de 5h de sommeil complet et profond me permet d’être sur pieds et en pleine forme. Je sais que ma fille dort environ 12 heures d’affilées donc je calcule mon nombre d’heures de sommeil par rapport à son heure de coucher. Il m’arrive évidemment de me coucher plus tôt lorsque je vois que mon travail est inefficace et que je m’éparpille trop.

 

Réveil environ à 7h00 

 

Enceinte, je profite de rester un moment dans le lit pour lire les différents emails que j’ai reçu pendant la nuit. Je suis abonnée à pas mal de newsletters américaines donc le décalage horaire fait que je les reçois pendant mon sommeil. Je lis également les news rapidos même si pendant mes 2 grossesses, je n’apprécie pas trop l’amoncellement de mauvaises nouvelles. Je fais un passage aussi rapidos sur les différents réseaux sociaux puis je me prépare.

 

8h : A pas de louves est officiellement ouvert. Le téléphone s’enclenche en mode vibreur.

 

Environ à 9h du matin : elle se réveille.

 

Petite parenthèse que je me dois de faire !

 

Oui je sais, j’ai de la chance mais :

 

1) ne me jalousez pas trop parce que dans 3 mois, rebelote, mes nuits seront à nouveau écourtées.

2) ma fille n’a fait ses nuits qu’à 14 mois… alors je vous laisse calculer le peu de mois que je profite complètement de « mes » nuits.

 

Je la lève et la prépare. Parfois, quand je n’ai pas de rdv à l’extérieur, je la laisse le temps du petit déjeuner en pyjama. On prend notre petit-déjeuner ensemble.

 

J’ai mis un point d’honneur d’avoir au moins un repas dans la journée où je suis concentrée que sur elle, c’est-à-dire où je n’ai pas le téléphone ni le pc sur la table. Généralement, c’est réservé au repas de midi.

 

Il arrive aussi qu’elle se réveille plus tard, je profite de ce laps de temps pour passer les appels « urgents ».

 

10h-12h30 : Nous restons un moment dans la cuisine/salle à manger où elle a un espace avec ses jouets… même s’il est beaucoup plus intéressant pour elle d’aller farfouiller dans les tiroirs. Je réponds aux différents emails, prises de rdv pour les clientes et prises de rdv avec de potentiels partenaires. En même temps je gère l’organisation pour les divers projets d’A pas de louves. Les clientes peuvent me parler sur whatsapp également (de plus en plus prisé d’ailleurs). Je gère également les différents comptes des réseaux sociaux donc j’ai toujours le téléphone pas loin de ma main. J’ai aussi une feuille où j’inscris toutes les idées qui me viennent en tête ou les tâches que j’ai oubliées de mettre sur ma to do list.

 

L’organisation est la clé. Je me définis un temps imparti pour répondre aux emails. « Chronomètre » le temps que je passe sur les réseaux sociaux la journée car je m’y perds vite (OMG qui a inventé instagram ?). Si je suis hyper bien organisée, les posts sont déjà prêts depuis plusieurs jours, mais ce n’est pas toujours le cas. Il m’arrive encore de perdre trop de temps à savoir quoi dire et mettre en ligne mais je m’améliore.

 

Pendant ces 2h30, on peut avoir bougé d’endroit. Tout dépend de la petite louve et de sa patience. A chaque pièce de la maison, il y a un coin qui est réservé à ses jouets où elle sait qu’elle peut aller s’occuper quand maman est trop concentrée. Je me suis installée un petit bureau sur son meuble à jouets, dans sa salle de jeu. Cela lui permet de rester aux pieds de maman pour me raconter des histoires.

Toujours pendant ces 2h30, elle a pu m’interrompre plein de fois pour me demander de lui ouvrir un sac, allumer son téléphone, fait rouler ses petites voitures mais aussi pour me faire des bisous, rire et recevoir des câlins. Je suis environ « dérangée » par tranche de demi-heure. Il y a des jours où elle a besoin de beaucoup d’affection donc elle passe pas mal de temps sur mes genoux.  Cela fait quelques semaines qu’elle joue vraiment bien toute seule. C’est émouvant de l’observer du coin de l’oeil.

 

12h30 : le repas de midi, on croque généralement un repas simple et rapide à faire comme des sandwichs. Dans l’idéal, j’aimerai beaucoup avoir ce repas déjà prêt de la veille et n’avoir plus qu’à réchauffer mais je ne suis pas encore au point là-dessus.

 

13h30 : elle va à la sieste. J’ai de la chance, elle ne se fait pas prier pour aller dormir. Elle s’endort en plus très facilement. Je lui explique toujours ce que l’on va faire une fois qu’elle sera réveillée si j’ai des rdv à l’extérieur, si on doit sortir faire des courses etc.

J’en profite pour m’allonger un moment. Je lis les newsletters françaises cette fois-ci. Je ne lis pas tout. J’ouvre les onglets. Je lirai plus tard ce qui requière « plus de temps à lire ».  A nouveau, si je n’étais pas enceinte je profiterais pour bosser à fond sur une tâche qui me demande beaucoup de concentration, mais je m’efforce de me reposer. Si je n’ai pas trop de choses à faire, je dors un peu. Généralement une petite vingtaine de minutes. A mon réveil, je navigue sur le net ou lis quelques pages d’un livre qui traîne depuis des mois sur ma table de chevet jusqu’à ce qu’elle se réveille... ou je m’occupe de lancer une machine/repasser/ranger.

 

15h : Au réveil de sa sieste, comme le matin des fois, elle a besoin de câlins avant de se remettre sur pieds. Alors on profite pleinement de cet instant.

15h15 : Je continue à travailler vers son aire de jeux. Je m’organise pour avoir des tâches demandant moins de concentration l’après-midi comme réaliser les impressions, préparer les chèques cadeaux, faire les présentations ou imprimer les courriers etc.

 

16h-16h30 : Elle va prendre son goûter donc on redescend. Je fais un peu de rangement dans la cuisine comme vider le lave-vaisselle et commencer la préparation du repas du soir. Nous avons fait un menu pour le mois comme ça nous n’avons pas besoin de réfléchir à ce que l’on mange. C’est économique. Cela fait gagner du temps.

 

Je travaille jusqu’à 18h. Si des tâches peuvent être réalisées durant « ma » nuit, je les laisse. Je sors en promenade avec elle si le temps le permet ainsi que ma forme. Toujours le portable collé à ma main pour checker les emails ou répondre aux appels.

 

18h : A pas de louves est officiellement fermé. Il arrive que je reçoive des emails ou que je doive confirmer des rdv à des clientes après la fermeture.

 

Je laisse ma fille jouer toute la journée sans ranger automatiquement derrière elle (de toute façon, cela ne servirait à rien). Ranger ses jouets fait partie du rituel du soir. En plus, elle est dans une phase où elle aide donc elle range avec moi. J’ai besoin d’avoir une maison rangée car ça me déprime le matin de voir la maison sans-dessous-dessus. On le fait juste avant son bain que l’on prend généralement ensemble. Elle adore ce moment. Cela nous permet de partager à nouveau un instant maman-fille puis d’être focus que sur elle. On chante des comptines. On rigole. On joue. Si son papa ne rentre pas trop tard, je lui laisse cette tâche afin que lui aussi profite d’être avec elle.

 

19h : Papa loup prend le relais pour finir ou faire le repas. Il arrive que l’on mange les 3 ensemble mais en règle générale, pendant que le repas se prépare, notre fille mange toute seule. Il y a soit papa loup soit maman louve qui reste assis auprès d’elle. On discute. On échange sur les événements de nos journées. Si je suis trop fatiguée, je monte m’allonger au salon et je les laisse passer ce petit moment tous les deux. Je les écoute d’une oreille attentive afin qu’ils ne fassent pas trop de bêtises ensemble.

 

20h : Petite louve va se coucher. Tout dépend de qui prépare à manger, mais c’est plus souvent son papa qui l’amène au lit. Puis nous mangeons avec papa loup. Je lui consacre environ 2h30. On discute, on regarde des séries ou on bosse car il m’est d’une aide précieuse sur les aspects techniques du site. Il part se coucher vers 22h30 – 23h.

 

22h30 : « Ma » nuit commence. Je refais un tour sur les réseaux. J’essaie de me limiter mais c’est plus difficile le soir. Je réalise les tâches que je me suis laissée de la journée. J’ai beaucoup plus d’inspiration la nuit alors c’est à ce moment-là où j’écris mes articles pour le blog ou réalise des activités créatrices.

 

Avant de me coucher, je coche sur ma to do list ce que j’ai fait dans la journée. Cela me motive car il arrive parfois que je me dise que je n’ai rien fait, mais en réalité j’ai quand même réalisé des petites choses puis j’établis une to do list pour le lendemain. Si je n’ai pas le courage de la faire c’est la 1ère chose que je ferai en me levant.

 

Je vais me coucher vers 1h. Durant une heure, je lis les onglets que j’ai ouvert pendant la journée. Je fais des screen shots d’informations qui me semblent importantes pour que je puisse les reprendre le lendemain ou plus tard.

 

Il arrive que j’aille me coucher vers 3h-4h. C’est souvent le cas les samedis car je sais que papa loup est là pour lever la petite le dimanche matin.

 

Jusqu’à pas longtemps, j’étais encore toute seule avec ma fille le samedi. Donc le rythme était identique qu’en semaine pour la matinée. L’après-midi est réservé à mini louve. On va au parc, on se promène ou tout simplement, on joue ensemble à la maison. Pour les samedis soirs, nous avons fait en sorte de mettre des plats conviviaux dans notre menu comme une fondue ce qui nous oblige à se mettre à table et se concentrer sur l’autre. Il y a une règle à laquelle je ne pensais pas que l’on tiendrait mais qui jusque-là fonctionne, les téléphones sont interdits quand nous sommes tous à table. Il arrive par folie que nous ayons des invités le samedi soir, comme à l’époque de « nous n’avons pas d’enfant », mais c’est plus rare… surtout en ce moment avec ma grossesse.

 

Le dimanche est une journée où nous sommes tous réunis. Nous faisons des activités à l’extérieur de la maison tant que le temps le permet. Pas de téléphone, pas d’ordinateur. On adore faire des brunchs. C’est généralement aussi sur ce jour-là que nous invitons nos amis. Il y a toujours des enfants dans la maison qui courent et crient : une maison remplie de vie pour mieux démarrer la semaine.

 

Est-ce que je travaille le dimanche soir dès que la maisonnée est endormie ? Je vous laisse deviner… La merveilleuse vie d’entrepreneur.

 

Ces articles peuvent vous intéresser :

- Confidences à Louve : Ksenia

- Confidences à Louve : Vanessa

- 5 comptes à suivre sur instagram